Le Crossfitest un vrai phénomène de mode. Cette discipline a conquit le monde ces derniers temps et les adeptes de cet entraînement se multiplient sans cesse. Nous pouvons parler de communauté ou même de religion pour certains. Toutefois,  il est important de connaitre certaines choses avant de plonger dans cette aventure.

​Pour ceux et celles qui ne connaissent pas cette discipline et qui se demandent si le Crossfit est un nouveau sport : la réponse est non. Le CrossFit réunit des mouvements d’haltérophilie, de gymnastique et d’athlétisme. Il s’agit donc d’un heureux mélange de ces trois disciplines, qui existent depuis très longtemps. Sauts sur un box jump, mouvements d’haltérophilie, tractions, rameur, Muscles-up, Burpees, etc., ces mouvements sont déjà utilisés lors des séances d’entrainement depuis bien des années. C’est toutefois la combinaison de ces exercices qui fait du Crossfit ce qu’il est.

Le business du CrossFit :

Il faut savoir que derrière ce nom accrocheur se cache la marque Reebok, qui le commanditaire principal du Crossfit. C’est effectivement une industrie florissante. Pourtant, pour pratiquer du Crossfit, nous n’avons besoin que de vieux pneus de tracteur usagés, de corde, de quelques barres avec des poids, de kettlebells, de boites de saut (box jump) et de barres de tractions.

De plus, il faut un local qui soit assez grand, par exemple un local industriel laissé à l’abandon fait très bien l’affaire.

Alors, je me demande encore pourquoi le prix mensuel à Montréal est de 125$ à 170$ +taxes par mois pour pratiquer cette discipline. Surtout si on prête une attention particulière à la crédibilité de la formation.

Programmation aléatoire :

Les séances d’entraînement sont aléatoires. Il n’y a aucune planification. Le  Workout Of the Day (Le programme du jour) peut vous demander de faire 5 séries de 20 tractions suivies par des Burpees et 100 dips.  Le lendemain, on vous propose de faire 5 séries de 5 squats (charge lourde). Bref, cela change constamment.Cette variation peut sembler positive pour certains, cependant la programmation ne prend pas en compte l’expérience d’entrainement, les blessures actuelles ou antécédentes, le niveau d’entrainement actuel de chaque individu.

Manque de périodisation et de progression :

En raison du changement de plan d’entrainement chaque jour, il est difficile de suivre les progrès réalisés. Comment savoir si ma force ou ma vitesse s’améliore si je ne répète jamais le même programme ?

 Protocoles de charge dangereux :

À titre d’exemple, à l’entrainement Crossfit, on peut se retrouver avec 30 répétitions d’arraché (Snatch) avec une charge de 135 livres. L’arraché est l’un des exercices les plus techniques qui existe en musculation, et personnellement, je ne prévoirais jamais plus de 5 ou 6 répétitions.

 Manque de personnalisation :

Comme dans tous cours collectifs, il est difficile de personnaliser l’entraînement. Un entraîneur supervise un grand groupe, donc il ne peut pas garantir le meilleur de la technique et la forme de chacun. De plus, chaque personne a son lot de problèmes spécifiques (blessures, limitations, expériences, etc.) qui nuisent à la réalisation parfaite de ce type d’exercices.

 Efficacité :

Le Crossfit n’est pas le moyen le plus efficace pour atteindre la plupart des objectifs comme la perte de graisse, le gain de masse musculaire, la force maximale ou l’amélioration de la vitesse. Oui, il est certain que cela va tout améliorer, mais pas de manière optimale.

Équilibre et balance musculaire :

La plupart des mouvements de Crossfit se font dans le plan sagittal, c’est-à-dire en ligne droite et en face du corps. Le manque d’équilibre dans la programmation Crossfit mène à beaucoup de blessures sur le long terme. Toujours travailler les mêmes groupes musculaires en négligeant les autres augmente le risque de blessure. Un entrainement musculaire équilibré à l’avantage de développer une meilleure symétrie et une bonne posture.

Le point le plus important : le risque élevé de blessures

La complexité des mouvements d’haltérophilie combinée avec un grand nombre de répétitions et avec la plus rapide des exécutions (des répétitions contre la montre) ne peut être exécutée parfaitement que par certains athlètes.

  • Haltérophilie : ce sont les exercices musculaires les plus techniques qui existent (selon mon expérience).
  • Grand nombre de répétitions : on augmente la fatigue et le manque de concentration.
  • Course contre la montre : faire un maximum de répétitions dans un temps donné engendre une exécution basée sur la rapidité au lieu de privilégier la technique.

Faire des séries répétées de box jumps à 60 cm (2 pieds de hauteur), le tout en étant lesté, présente des hauts risques au point de vue structurel. Cet exercice est encore plus dangereux s’il est combiné avec plusieurs autres séries de mouvements répétés qui peuvent fatiguer l’athlète à court terme et produire une grave inflammation du tendon et des muscles sur le long terme.

Est-ce que toutes les personnes qui ont passé leur certification d’instructeur de Crossfit le week-end dernier sont automatiquement capables d’évaluer les personnes qui sont physiquement capables de suivre ce type d’entrainement ?

Le Docteur Stuart McGill, professeur spécialisé en biomécanique de la colonne vertébrale à l’université de Waterloo, a fait remarqué que le risque de blessures dans certains exercices de CrossFit dépasse leurs avantages lorsqu’ils sont réalisés avec une mauvaise technique pendant les entraînements contre a montre. Il ajoute que des risques similaires existent bien entendu dans d’autres programmes d’entraînement. Toutefois, il mentionne que la communauté CrossFit en ligne, qui permet aux pratiquants de suivre le programme sans encadrement sérieux, augmente drastiquement le risque de blessure.

L’étude Hamill publiée dans le JSCR conclut que le principe du Crossfit, qui repose sur la manipulation de poids associée à des mouvements balistiques, peut-être très fatigants et dangereux pour les articulations. En effet, effectuer des séries répétées avec des charges tout en effectuant des mouvements peut fatiguer le sportif et provoquer de graves inflammations des tendons à court terme.

Crédibilité de la formation :

La formation pour être coach certifié en Crossfit dure seulement deux jours et elle coute 1000$. Aucune expérience préalable ou diplôme quelconque n’est requis. Vous avez bien compris : tout le monde peut être instructeur de CrossFit !

Mon avis en tant que professionnel:

Prudence pour les personnes qui n’ont aucune expérience en entraînement. Je recommande fortement de rencontrer individuellement un kinésiologue avant de commencer des cours de Crossfit, afin de se perfectionner sur la technique au préalable.

Il est également important de toujours privilégier la qualité d’exécution plutôt que la quantité, afin d’éviter les blessures.

Les athlètes qui participent aux Crossfitgames ne suivent pas des cours de Crossfit. C’est un peu comme le triathlon : si on veut performer, il faut s’entrainer et se perfectionner dans chaque discipline spécifiquement.

Je tiens toutefois à préciser que je ne suis pas contre le CrossFit, car c’est une activité qui a popularisé l’entrainement de type fonctionnel, ce qui est une bonne chose pour rendre la population plus active. Le but de cet article est de conscientiser les débutants et de rappeler à tous que le but principal est d’améliorer sa condition physique et non l’inverse.

L’encadrement est très important, donc renseignez-vous sur l’expérience et les connaissances de l’instructeur, surtout si vous êtes débutant.

Bon entraînement!

Laurent Mollat | Kinésiologue au Saint-Jude Espace Tonus